Yeruldelgger, Ian Manook

Yeruldelgger – Ian Manook

Yeruldelgger Khlatar Guichyguinnkhen. Comment ne voulez-vous pas adorer un héros avec un nom pareil ? Des steppes de la Mongolie aux vapeurs polluées d’Oulan-Bator, sa capitale, Ian Manook nous emmène pour une fameuse chevauchée !

Yeruldelgger, Ian Manook

Une extraordinaire plongée au coeur de la Mongolie et de ses habitants. Dans ce pays déchiré entre traditionalisme et modernité mal placée, Ian Manook nous entraîne dans la plus dépaysante des enquêtes qu’il m’ait été donné de lire.

Au pays des grands espaces, les cadavres pleuvent. Trois Chinois sont retrouvés découpés au cutter, tandis que le cadavre d’une petite fille est retrouvé enterré dans la steppe….avec son tricycle rose.

Ainsi s’ouvre le premier volet des enquêtes de Yeruldelgger. Un héros déchiré par la colère, habité par la rage devant les crimes de ses congénères. Il retrouve calme et sérénité sur la terre de ses ancêtres, entouré de ses traditions et de ses chevaux.

Mais il ne lui est laissé aucun répit. Car Ian Manook manie l’art de l’intrigue comme les nomades montent à cru : avec aisance, naturel et panache. Et violence. Car elle est partout : dans les paysages comme dans le coeur des hommes, dans leur haine comme dans leur amour.

Et soyez prévenu, Ian Manook ne fait aucune concession à la bienséance ou à la fragilité de ses lecteurs. Ses héros sont à vif, râpés par l’air vif de la steppe, écorchés par le dos des chevaux qu’ils montent. Et lorsqu’on referme ce premier opus, un imperceptible soupir de soulagement se fait entendre. Celui d’avoir terminé la course vivant.

YEruldelgger, les temps sauvages, Ian ManookEt le deuxième tome est tout aussi sauvage. Car la steppe en plein hiver, c’est un champ de neige et de glace, où chaque respiration est une promesse de mort. Et c’est ce qui est arrivé à plusieurs cadavres, formant un empilement pour le moins étrange : un yack… sur un homme.

Dans une enquête qui mènera Yeruldelegger du Havre aux confins de la Mongolie, vous croiserez des militaires, un ennemi juré, des moines, des yacks domestiqués, une héroïne au sang froid et une chaleureuse médecin légiste.

Une fois de plus, les pages s’enchaînent au rythme des galops effrénés dans la steppe, mettant à nu les héros, dont on ne sait plus s’ils sont les bons ou les mauvais.

Et puis là, je dois vous laisser, car je suis en train de lire le troisième tome, et je n’arrive pas à en décrocher ! Vous l’avez compris, une trilogie à lire de toute urgence, sans aucune hésitation, mais le coeur bien accroché!

Yeruldelgger, Ian Manook – Le livre de Poche – 630 pages

Les Temps sauvages, Ian Manook – Le Livre de Poche – 573 Pages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s