Pandemia – Franck Thilliez

Me voici une fois de plus prise dans les filets de Franck Thilliez ! Je vous parlais récemment dans cet article de son polar Rêver, incroyable construction littéraire à multiples tiroirs. Celui-ci est du même acabit !

Digne suite d’Angor, que je vous recommande également, on y retrouve Franck Sharko, Lucie Hennebelle et toute l’équipe du 36 quai des orfèvres. Mais ces retrouvailles sont loin d’être joyeuses. Car dès les premières pages, le lecteur se retrouve confronté à l’une des plus grandes angoisses humaines : la maladie.

Car c’est de l’infiniment petit qu’il s’agit dans cet opus. Du virus de la grippe aux attaques informatiques, Franck Thilliez s’attache à mettre en avant les enchaînements démoniaques qu’ils suscitent lorsqu’ils sont hors contrôle.

Tout commence par quelques oiseaux, retrouvés morts dans une réserve naturelle. Après analyse, il s’avère qu’ils souffrent d’une forme de grippe dont la souche est encore inconnue. Quelques jours plus tard, le premier décès humain survient à Paris. Les suivants se produisent en banlieue, puis dans les pays limitrophes. En quelques heures, les victimes se comptent dans toute l’Europe…

C’est au cœur du laboratoire de l’Institut Pasteur que la guerre contre ce minuscule ennemi est déclarée, tandis que dans l’équipe de Nicolas Bellanger, les policiers sont contaminés les uns après les autres, paralysant l’enquête.

Mais cette guerre n’entend pas se limiter au monde physique. A coup de virus informatique, le lecteur descend dans les arcanes du Darknet, confronté à ses méandres glauques et obscurs, place de marché proposant  ce que l’homme a de plus horrible à offrir : meurtre, pédophilie, génocides, attentats, tout est à vendre. Et tout s’achète…

Et puis Franck Thilliez a cet art consommé de malmener autant ses héros que ses lecteurs. Parce qu’ils en bavent autant l’un que l’autre dans cet opus ! Ses héros maltraités par le métier qu’ils ont choisi restent parfaitement crédibles, tiraillés entre leurs aspirations simples et la vocation qui les transcende.

Un excellent thriller, mettant à jour l’infiniment petit au service de complots à l’échelle planétaire !

– Résumé –  « Comme chaque matin, Amandine a quitté sa maison de verre pour les locaux de l’Institut Pasteur. Mais ce matin-là est particulier. Appelée pour des prélèvements à la réserve ornithologique du Marquenterre, la microbiologiste est déconcertée : trois cadavres de cygnes gisent sur une étendue d’eau.
En forêt de Meudon, un homme et son chien ont été abattus. Dans l’étang tout proche, un sac de toile contenant des ossements : quatre corps en kit.
Et pendant ce temps, une grippe à la souche non identifiable vire à l’épidémie et fauche jusqu’aux plus robustes du quai des Orfèvres, mettant à l’épreuve Franck Sharko et Lucie Henebelle… »

Pandemia – Franck Thilliez – Pocket – 696 pages 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s